Une plante vieille de cinq millénaires symbole du réchauffement climatique


Condividi questo articolo con i tuoi amici:

En 2002, des climatologues de l’Université d’Etat de l’Ohio qui travaillaient sur la calotte glaciaire de Quelccaya, dans les Andes péruviennes, se sont retrouvés nez à nez avec un spécimen d’une sorte de mousse (Distichia muscoides), longtemps pris dans la glace. Daté au carbone, l’échantillon s’est révélé vieux de 5177 ans (plus ou moins 50 ans). Selon les chercheurs, cette découverte serait la conséquence du réchauffement climatique globale qui rogne chaque année un peu plus le plus grand glacier tropical du monde et a ainsi rendu la plante accessible. Aujourd’hui, Quelccaya – qui culmine à
quelques 5600 mètres au dessus du niveau de la mer – perd trente mètres par an, un chiffre 40 fois plus élevé que dans les années 1970. S’il est vrai que la masse des glaciers a tendance à varier, Lonnie Thompson et ses collègues estiment que l’âge de la plante qu’ils ont mis au jour illustre le caractère exceptionnel de la fonte à laquelle nous assistons. Les données du National Climatic Data Center vont dans le même sens ; elles indiquent que les dix plus chaudes années enregistrées depuis que les mesures globales de températures ont
iniziato alla fine del secolo 19ème tutti a partire 1990.

WSJ 22 / 10 / 04 (Quando una pianta emerge dalla fusione ghiacciaio, è che il riscaldamento globale?)

http://online.wsj.com/article/0,,SB109838163464152068,00.html

commenti Facebook

Lascia un commento

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *